Rien

Odezenne
Les ombres en poche, collées, serrées, sur le gazon, coupé, mouillé, j’attends mes ongles, des mains dedans, le doigt brulé par de l’afghan. les chaines sont longues, les gens sont mieux, et dans cette blonde y a des envieux, des enfants crient, des chiens vautours, et sans une trace, y a plus d’amour.